Critique : Night and Day, une comédie sympa mais flemmarde

Des Night and Day, il en sort régulièrement. Un Night and Day, c’est une comédie sur fond d’espionnage ou de milieux mafieux où un ou deux protagonistes n’ayant rien demandé à personne se retrouvent embringués dans d’incroyables pérégrinations, fusillades ou autres courses poursuites. La dernière production notable du genre était Crazy Night dont j’avais émis une opinon plutôt favorable ici-même.

Mais ce Night and Day-là est un peu différent des autres. D’abord il y a Tom Cruise. Ensuite il y a Cameron Diaz. Et enfin il y a James Mangold (Identity, 3h10 pour Yuma, Walk the line). De quoi pouvoir espérer qu’on sorte un peu des sentiers battus… Ben non.

June (Cameron Diaz) voyage dans le même avion que Roy (Tom Cruise), mais après un bref passage aux toilettes elle apprend horrifiée que Roy vient de tuer tout le monde, pilotes inclus. Débute alors une incroyable cavale des deux néo-acolytes, poursuivis de toutes parts avant même que June ne comprenne quoi que ce soit de la situation.

Au début, c’est drôle, notamment grâce au personnage de Tom Cruise, tueur impitoyable et décontracté. Sa façon de dézinguer un à un tous les méchants, d’atterrir toujours au bon endroit et de maîtriser toutes les situations avec une sérénité à toute épreuve est assez jouissive et apporte un côté burlesque et second degré plutôt sympathique. Son opposition avec le personnage de Cameron Diaz, en crise de nerfs continue pendant une bonne demi-heure de film, parvient à nous tenir en haleine un bon moment. On retrouve à certains moments du film l’esprit de True Lies, modèle du genre.

Mais le scénario ne suit pas. L’intrigue, cousue de fil blanc et sans aucune surprise, ne peut pas compter sur les scènes d’actions pour relever le niveau général, dynamiques mais trop invraisemblables pour produire la moindre excitation. Quand à l’humour, il est rarement au rendez-vous quand il ne s’appuie pas sur la performance des deux acteurs principaux, et ne va jamais assez loin dans le burlesque pour contrebalancer l’abracadabrantesquerie de l’ensemble. On sait bien vite comment tout cela va finir : personne ne va mourir sauf éventuellement quelques vilains. A noter les seconds rôles tout à fait improductifs de Peter Sarsgaard et Paul Dano.

Ajoutons à cela quelques failles scénaristiques et on obtient un Night and Day tout ce qu’il y a de plus anecdotique, rigolo mais un peu faible, agréable mais un peu trop fainéant. On attendra encore un peu pour le retour en force de Tom Cruise (et peut-être encore plus pour Cameron).

3 commentaires sur “Critique : Night and Day, une comédie sympa mais flemmarde

    • Don’t fuck with shitty movie conointevns man, you end up with Charlie’s Angels: Full Throttle’ that way.Speaking of which, if it turns out that southeast asian hooker ninjas actually did kill David Carradine Charlie’s Angels: Full Throttle’ would be the PERFECT name for a movie about that.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>