Critique : Les amours imaginaires, de Xavier Dolan

Les amours imaginaires, c’est l’histoire de deux amis, garçon et fille, qui tombent amoureux du même garçon (le frisé de l’affiche).

De ce point de départ tout bête, Xavier Dolan se plaît à montrer la concurrence tacite de ces deux amis, leur inconfort face à cet amour insatisfait, l’une multipliant les tentatives infructueuses, l’autre se laissant déprimer tranquillement, préférant éluder ses sentiments. C’est un point de vue intéressant, d’autant que les interprètes sont au niveau. Malheureusement le réalisateur canadien se perd en route.

Tentant de se démarquer par une mise en scène audacieuse, Xavier Dolan se complait dans le ralenti esthétisant sans aucune nécessité, paraît très fier de sa bande son hétéroclite et multiplie les références à ce qui paraissent être ses modèles (Gus Van Sant, Gregg Araki et autres réalisateurs jeunistes). On s’en amuse au début, puis cela devient ennuyeux, puis agaçant. Cependant on ne pourra pas lui reprocher sa photographie et ses couleurs, qui sont superbes.

 
Coupes de cheveux post-modernes + ralenti + Dalida = auto-caricature de Xavier Dolan

Sur le fond, même si Dolan traite son thème sans aucune nouveauté (Barthes avait déjà écrit tout ça dix ans avant sa naissance), il réussit souvent à en faire quelque chose de drôle, notamment grâce à Monia Chokri, son excellente actrice principale, et lors de longues séquences d’interviews parsemées tout au long du film, indépendantes de l’histoire mais liées à son sujet, universel, les amours contrariées.

Dommage que l’on s’ennuie aussi souvent que l’on rit, dans ce film qui souffre d’un certain manque d’humilité de son auteur. L’esthétique est là, il manque le fond.

4 commentaires sur “Critique : Les amours imaginaires, de Xavier Dolan

  1. Je préfère les manques d'humilité aux manques d'audace. Un film pareil au milieu d'un cinéma terne, ça fait un bien fou.

    Et puis bon, Dolan … c'est super prometteur, pour l'avenir, non ?

  2. Oui pour l'avenir je ne dis pas le contraire, d'ailleurs j'irai voir avec enthousiasme son prochain film.

    C'est juste tous ces effets visuels tape-à-l'oeil un peu vains qui m'ont ennuyé. D'ailleurs quand Denisot au Grand Journal lui demande "pourquoi tous ces ralentis ?", il répond que c'est juste pour faire du "cinéma". Je pense que les meilleures scènes du film sont les scènes de dialogues toutes simples, ou alors quand sa mise en scène a une vraie légitimité (la scène finale par exemple).

    Mais effectivement, il peut devenir un grand réalisateur, j'attends de voir la suite.

  3. Moi j'ai vraiment beaucoup aimé le film, tous les effets le dynamisait, et le changeait de la masse de film qui l'entoure. Bien sur, si nous voyions seulement des films de ce genre, nous frôlerions sans doute l'overdose mais il se démarque et c'est pour le meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>